Un peu d'Histoire

 

Évolution du village

Les chiffres clés de l'évolution du village.

Evolution INSEE Forfry - 2.png

Château

La petite commune de Forfry, située au nord de la Seine-et-Marne, accueille à ses confins, les ruines du château de Boissy.
Forfry (Furfery, 1124 ; -ry, 1133) relevait de l'évêché de Meaux et était vassale de la terre d'Oissery. La localité comptait deux seigneuries, celle de Forfry proprement dite et celle de Boissy où était situé le château seigneurial.


Au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle, la seigneurie de Boissy-Forfry appartient à Gilles d'Acy.

 

La seigneurie fut acquise par Pierre Bureau au lendemain des ravages de la guerre de Cent Ans qui débuta dans la région en 1358 par la prise des châteaux d'Oissery et Boissy notamment. En 1510, Eustache de Pâris l'acquiert et passe dans la seconde moitié du XVIIe siècle dans les mains du secrétaire du roi, Christophe Delmas.

Á la mort de ce dernier, en 1746, le domaine est acheté par le marquis du Coudray qui l'annexa à ses terres du Plessis-aux-Bois, d'Iverny et de Cuisy.

 

Le château construit au XIIIe siècle a été habité par tous ses seigneurs. Il fut restauré et modifié au XVe siècle après les grandes guerres de l'époque. Un fils d'Aymar de Paris fit graver sur la façade aux alentours de 1620, les armoiries de la famille : d'azur à la fasce d'or, accompagnées de trois roses en chef et d'une tour en pointe, le tout d'or.

 

Á partir de 1746, lors de son acquisition par le marquis du Coudray, le château est abandonné, son propriétaire lui préférant sa résidence du Plessis-aux-Bois. Il tombe alors en ruine par manque d'entretien. Vers 1870, une grande partie du manoir était toujours debout. En 1909, le donjon présentait encore ses trois étages malgré son grand état de délabrement.

Aujourd'hui, seuls restent les vestiges de la porte d'entrée.

Cette dernière possède un portail avec voûte en plein-cintre supportant la façade de l'ancien pavillon percé de meurtrières. Les rainures de la herse sont encore visibles.

Page Accueil - Chateau Forfry - Mairie F
 

Église

L'Église de FORFRY, de son nom "Église Sainte-Madeleine", fut érigée au XVIe siècle.


Au niveau architectural : elle est précédée d'un porche d'entrée coiffé en appentis, surmonté d'un petit clocher carré couronné d'une flèche en pavillon.

Les murs latéraux sont ouverts par neuf baies dont quatre sont pourvus de vitraux, remplacés en 1904 et épaulés chacun de contreforts. Le chevet est percé d'une grande baie comportant un vitrail lui aussi remplacé en 1904.

 

Au sein de cette Église, certains éléments ont pu être datés tel que :
- la cloche ;
- la vierge de piété dite Mater Dolorosa de 1672 ;
- une sculpture représentant Sainte Marie-Madeleine du XVe siècle.

Page Accueil - mairie Forfry 2.jpg
 

Stèle Charles Hildevert

Le 26 août 1944, 300 membres du bataillon Hildevert, partit du Raincy avec pour mission de réceptionner des parachutages d'armes et de munitions. Ils eurent le malheur de rencontrer vers 6h une division blindée allemande qui rejoignait les Ardennes, à Oissery-Forfry près de Meaux.

 

Ce fut un effroyable massacre... L'on dénombra plus d'une centaine de tués et fusillés dans les rangs du groupe Hildevert, et beaucoup plus du côté ennemi. 

 

Ils étaient membres du groupe local de résistance Charles Hildevert, plus connu sous le nom du réseau "Armand", une unité rattachée au réseau anglais "Eugene Buckmaster". Ce bataillon de 700 hommes était constitué d'éléments venant des villes voisines du Raincy ; il fût baptisé 1er Régiment Franc de Paris.

 

Cinq personnes furent abattues sur notre commune :
- Messieurs, Jules LAMANT, Albert LAMANT et Louis LAMANT, réfugié dans les ruines du château, de Forfry ; les allemands les découvrirent et ils furent abattus par une rafale de mitrailleuse.
- Monsieur Alfred RUELLE, tué au château de Forfry.
- Monsieur Jean RICHARD, tué à Forfry au lieu-dit la Longuenne.

Monument Charles Hildevert.JPG